• Paris le 7 février 2020, nous sommes au 21 éme siècle .....

    « Art de rue

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Dimanche 9 Février à 17:40

    La dernière fois que j'ai voulu photographier ce genre de scène, je me suis fait incendier par mon mari et mon fils et pourtant !!!

    2
    Lundi 10 Février à 17:09

    Bonjour Laurence, 

    Il est toujours difficile de faire ce genre de prise de vue. Car finalement, c'est le regard de la foule vers le photographe qui est culpabilisant. Et pourtant, ce sont hélas des scènes de la vie de tous les jours.  Je note le flou (de bougé?) de la photo qui reflète certainement ton état d'esprit à cet  instant.

     Bises.

    3
    Mardi 11 Février à 07:54

    Bonjour
    J'aurais un autre regard sur ton image car à Paris on en voit bcp et il y a malheureusement des gens qui en font une "profession" de mendier en mimant même parfois leur soi disant misère (montrant des pieds sales, ou des chaussettes trouées etc ....  comme ton image le montre d'ailleurs)  , des gens que tu vois passer chaque jour avec des caddy, s'asseoir sur un bout de carton toujours au même endroit puis revenir , leur journée de "travail" terminée .
    Des gosses qu'on oblige à aller mendier et qui ne vont pas à l'école, car mendier c'est leur profession, leurs parents vivent de ca et ca rapporte .
    Des gens qui boitent au carrefour en mendiant puis que tu vois repartir sainement sur leurs deux pieds et sans leur canne  etc .... )

    Il y en a qui n'acceptent pas de l'aide matérielle, car en'est pas de l'argent

    Je ne dénigre pas la pauvreté , mais je sais faire la part des choses

    Dans mon quartier il y a un homme qui vit sous un pont, dans Paris. 
    Lorsque je le vois, lorsqu'il est couché ou assis sur son matelas avec ses affaires bien rangées autour de lui, je ne lui donne pas de l'argent mais je lui demande s'il a BESOIN de quelque chose et bien souvent il me dit non merci, je n'ai rien besoin aujourd'hui

    4
    Mercredi 12 Février à 09:00

    Je ne peux pas ne pas rebondir sur les propos de Yoshimiparis  et loin de moi l'idée de déclencher une polémique. Mais ce genre d'image me dérange, je ne parle pas de ta photo Laurence mais celle véhiculée par les écrits de notre ami photographe (superbes photos de Paris au passage).  Cette idée qui veut que la misère soit une profession me met mal à l'aise. Parce que si au bout du compte, il existe vraiment une exploitation de la misère par certains, les personnes obligées de mendier pour eux le sont vraiment elles.  Alors que fait-on ? On les laisse crever sous les coups d'exploiteurs parce qu'ils n'auront pas ramener leur dû quotidien ou est-ce qu'on donne quelques sous qui ne nous manqueront pas en espérant que ça permettra aux personnes quêteuse d'avoir de quoi manger à la fin de la journée et d'échapper à la violence ? Je choisis la seconde option. Et je la choisis d'autant plus que je ne sais rien de la réalité de la vie de cette personne. Peut être qu'elle est vraiment dans le besoin. Peut être qu'elle  mendie pour elle et pour se nourrir. Peut être.... et ce peut être me suffit pour ne pas tourner le dos. Pour offrir un sourire, quelques mots et  quelques pièces. Après tout qu'est-ce que ça me coûte de donner des minutes, des paroles, une attention et un peu d'argent. A moi peu de chose mais aux personnes qui reçoivent peut être beaucoup.  Et mendier, ce n'est jamais un acte qu'on fait de gaieté de coeur. Je défis quiconque qui lit mes mots de s'y essayer. 

    Bonne journée Laurence et merci pour cette superbe photo au message si désespérant.      

      • Mercredi 12 Février à 13:11

        tout à fait d'accord avec toi cette image je l'ai faite en tremblant d'où le léger flou qui en résulte.

        Je suis horrifiée de voir l'état de notre pays. Des images telles que celle-ci j'aurais pu en faire une presque dans chaque rue.

        Je trouve triste de voir que l'on se trouve au 21 siècle et que des gens doivent mendier je ne dis pas pour vivre mais pour subsister un peu.

        Il est certain que cette pauvre femme est mise ici pour enrichir quelques esclavagistes, mais quoiqu'il en soit je ne peux rester indifférente

        devant cette situation. Je m'insurge sur le fait que rien n'est fait pour changer un peu les choses et que le phénomène s’amplifie d'année en année  

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :